Chapitre 3 : les Demeures paradisiaques de l'Ancien Testament

Dans ce chapitre nous identifierons les jalons de l'Histoire Sainte vétéro-testamentaire. Nous démêlerons aussi son fil conducteur, dévoilerons les signes mnémotechniques, repèrerons les astuces de l'ars memoriae, reconnaîtrons les procédés scolastiques d'une lecture à quatre niveaux, et décoderons la polysémie des figures. Bref, nous donnerons les clés nécessaires au décryptage du tympan de Conques qui, loin d'être le « travail barbare d'une époque grossière » comme d'aucun ont pu le dire, s'avère reposer sur une rhétorique claire, cohérente, structurée et captivante.

Treize personnages hiératiques placés sous six arcades (1), surmontés par treize personnages en marche qui s'avancent en procession, peuplent les "Demeures paradisiaques"* (appelées aussi Demeures angéliques ou tout simplement "Demeures" selon les termes de saint Bernard), et que l'on appelle couramment le Paradis. Ces élus, soigneusement choisis par le sculpteur, symbolisent l'histoire du Salut à travers le temps, illustrant un ritable calendrier eschatologique* :

Les 2 étages des Ancien et Nouveau Testaments Limbes Cliquer pour développer le statut des morts La foi assure la continuité de l'Ancien Testament vers le Nouveau La procession de l'Eglise vers le Christ Les anges forment un toit protecteur des élus grâce aux vertus (Charité, humilité,  Foi, Espérance)
Survolez l'image pour afficher les légendes
(NB. en cas d'échec, autorisez les contrôles ActiveX en cliquant sur la barre d'information en haut de la fenêtre)

- Au rez-de-chaussée : la base, les fondations de la maison. Pour l'occident chrétien, c'est bien sûr le temps de l'Ancien Testament. Les patriarches et prophètes d'avant l'ère chrétienne se trouvent dans ce qu'il est convenu d'appeler les Limbes*. [C'est le thème de cette page]

- A l'étage : le temps du christianisme et du Nouveau Testament. On y voit, supervisée par les anges, la marche de l'Eglise en route vers l'avenir et vers le Saint Sauveur. [voir : b) chapitre suivant]

Entre les deux, l'écoinçon de sainte Foy, symbole de la foi, assume le passage de l'un à l'autre et la transmission du message.
En symétrie, l'écoinçon de l'éveil des morts où l'on voit les anges accueillir les élus appelés directement dans les Demeures* paradisiaques.


L'HISTOIRE DU SALUT : D'ABRAHAM A JESUS

Le tympan est une Bible de pierre qui reprend -et transmet- la mémoire de l’héritage biblique en représentant les principaux patriarches de l’Ancien Testament.
C’est ce que nous appelons dans ce site l’Histoire du Salut. Elle progresse avec le siècle et les hommes. Les Bénédictins du XIIe siècle la font démarrer avec Abraham et la prolongent, au-delà de la Résurrection du Christ, jusqu'au temps présent.

Au rez-de-chaussée, sous le grand toit du Temple de la Jérusalem terrestre reposent les fondateurs dépositaires de la promesse du salut faite jadis au peuple élu.

On y trouve sept prophètes et patriarches, assis, présentés de face, tous porteurs de l'auréole des saints, et en premier lieu, en position centrale, Abraham. Il est saint parce qu'il a cru », disait Saint Paul)

Le Père des croyants siège sous l'arche centrale surmontée par deux tours crénelées de la ville sainte, que surpasse le pinacle du Temple. Le symbole de paternité incarné par Abraham est souligné par la présence, à ses genoux, de deux enfants qu'il embrasse d'un geste affectueux, quasi maternel, remarquable allégorie du "sein d'Abraham" (2). On notera que dans l'Evangile, on désigne sous le terme de « sein d'Abraham » le lieu où sont portés, après leur mort, les pauvres, les justes et les purs tel que Lazare (cf. Luc, 16, 22). Le sein d'Abraham et les limbes* (séjour des Justes de l'Ancien Testament et des enfants morts sans baptême) se confondent et font partie intégrante des Demeures.

Ces deux garçons représentent les descendants du premier Patriarche, Isaac et Jacob, reconnaissables aux sceptres boulés.

Le symbole de ces sceptres annonce la filiation royale du Sauveur ; ce signe, comme tous les autres sur ce tympan, est un message de l'Histoire du Salut. (en lire plus sur les sceptres...)

 


Abraham, Jacob et Isaac
Survolez l'image pour afficher la légende


Les arcades de la Jérusalem céleste ou l'étage vétérotestamentaire (survolez l'image pour afficher les légendes)

LE LIEN SACERDOTAL, FIL CONDUCTEUR DU RECIT
Le fil conducteur de la narration de cette Histoire du Salut pourrait bien être l'Ordination ; la prêtrise établissant le
lien entre l'homme et la divinité. L'Institution pastorale et sacerdotale est représentée par un pont aux six arches et sept piliers, qui abrite au moins cinq prêtres de l'Ancien Testament : Melchisédech, Aaron, Zacharie, Jérémie et Ezéchiel, conduisant chronologiquement du rite de Melchisédech (3) à la Cène et au sacrifice de Jésus offert comme une offrande mystique. Ces prêtres de l'Ancien Testament sont représentés ici en tant que préfigures annonciatrices du Christ. Leurs attributs (rouleaux des prophéties, calices, couronnes) évoquent les trois fonctions sacerdotales : mission apostolique (enseignement pastoral), sacramentelle (sanctification des offrandes) et gouvernementale (direction des fidèles). A l'image du Christ, ils sont Prophètes, Prêtres et Rois.

Aaron se reconnaît à la main de son frère Moïse, posée sur son épaule pour l'investir de la prêtrise.
Melchisédech, roi de Salem (future Jérusalem), sacrifiait déjà des offrandes de pain et de vin, se reconnaît au calice (4) tenu en main avec Zacharie (ou Josias).

Ezéchiel, un des trois Grands Prophètes de la Bible hébraïque avec Isaïe et Jérémie, fut prêtre du Temple avant la déportation vers Babylone ; on le reconnait grâce à ses tablettes et à son genou découvert.

Ces pièces de bois sont un autre message messianique, annonciateur de la construction d'un Nouveau Temple et d'un temps nouveau.
(en lire plus...)

 

 

 

La référence systématique au sacerdoce dans les temps bibliques d'une part, et la construction architecturale des arcatures d'autre part, est loin d'être un hasard et ne peut pas être réduite à un simple procédé esthétique.
C'est un exemple caractéristique d'application du fameux Ars memoriae (art de la mémoire) médiéval, remarquablement étudié par Frances Amelia Yates (L'art de la mémoire, Gallimard, 1987). Comme dans un parcours fléché, le chemin qui relie les éléments entre eux, graphiquement et sémantiquement, est ponctué de signes, balisé de repères et d'indications de direction. Suivons les principaux jalons de ce jeu de piste.

SIGNES MNEMOTECHNIQUES : UNE MEMOIRE ARTIFICIELLE
(Haut de la page)

Il est fort probable que le tympan, véritable outil catéchique des moines, faisait l'objet d'un commentaire oral à l'attention des pèlerins et fidèles illettrés. Le commentateur pouvait suivre les signaux graphiques de rappel pour se guider dans son discours ou dans la progression du drame liturgique qu'il mettait en scène. Le tympan dans son intégrité peut être d'ailleurs lu comme un parcours de mémoire.


Survolez l'image pour visualiser les signes mnémotechniques


Deux sortes de signes mnémotechniques répétés au-dessus des trois grands arceaux centraux de la galerie de l'Ancien Testament retiennent notre attention : les croix et les trois points.

Ces techniques de “mémoire artificielle” sont héritées de Cicéron, de Quintilien (5) et de la Rhetorica ad Herennium :

- Les trois points verticaux, à l'instar des flèches, invitent à suivre une direction. Ces pointillés sont gravés sur les bandeaux portant les inscriptions. On en dénombre au moins neuf séries.
Le premier alignement se trouve juste au-dessus d’Abraham, au sommet du pinacle du Temple où Jésus fut porté par Satan. Si nous suivons sa direction verticale, nous aboutissons à l'abbé suivi de ses moines porteurs, l'un de l'évangéliaire, l'autre des Tables de la Loi. Du premier patriarche à l'abbé en exercice, il y a une continuité ininterrompue, guidée par les Ecritures.
En outre ces trois points de liaison se trouvent juste à la jointure de l'écoinçon de sainte Foy et celui de la résurrection des morts, comme pour souligner le lien de cause à effet : en effet c'est la foi qui assure le Salut symbolisé par la Résurrection.
Un autre alignement, situé au-dessus de l'arche de Zacharie, conduit directement de la palme de ce martyr à Sainte Foy (mais il conduit aussi de sa couronne royale au couronnement céleste de sainte Foy et du sacerdoce de Melchisédech à l'ordination céleste de la jeune martyre, comme nous le verrons plus loin).
On retrouve encore ces trois petits points après les mots SOL, LANCEA et LVNA dans le Ciel (6) ; de part et d'autre du verbe GEMUNT reliant les deux étages des
Tartares (où ils abondent) ; et également sur la dernière inscription au bas du tympan après FVTVRVM (flèche qui pointe vers la porte de Cerbère comme pour indiquer une direction possible au cas où le spectateur ne tiendrait pas compte de l'avertissement).



- Les croix indiquent le paragraphe, le passage et le lien d'une idée à la suivante. Placées au-dessus des arcatures des Limbes, elles marquent l'importance du changement de nature du sacerdoce, en passant d'un prêtre à l'autre et d'un étage à l'autre pour aboutir in fine au nouveau sacerdoce du Christ.

 

Survolez l'image pour repérer les signes mnémotechniques


La pesée des âmes sous les pieds du Christ, encadrée par deux croix
Survolez l'image pour visualiser l'ensemble de l'alignement
Un autre alignement de croix remarquable se place dans l'axe vertical central qui descend depuis la Croix Glorieuse du sommet (niveau de l'Eternité) jusqu'à la paroi qui sépare les Demeures* des Tartares* avec deux petites croix qui encadrent la pesée des âmes au Jugement Particulier,* plaçant ainsi la mesure psychostasique de tout un chacun sous le signe de la Grâce.*
Mais la mémoire artificielle médiévale ne se réduit pas à un simple système de "pense-bête" ! C'est un véritable ars memoriae.

ARS MEMORIAE

Une autre astuce de la mémoire artificielle consiste à loger une idée dans un lieu précis, en la représentant par une image expressive ou par un signe conventionnel, topographique, comme une demeure par exemple. C'est la méthode des lieux ou loci. « Un locus est un lieu comme une maison, un entrecolonnement, un angle, un arc etc. Les images sont des formes, des signes distinctifs ou des symboles (formae – notae - simulacra). » (Frances Amelia Yates, L’Art de la mémoire, Gallimard, NRF, 1987)
Dans l'art de la rhétorique, le grand théologien du XIIe s. Hugues de Saint-Victor recommande, dans son Didascalicon, de se servir précisément du plan d'une maison. Cette organisation topologique, ce "topos" est repris non seulement dans le schéma d'ensemble de notre tympan (la Maison de Dieu), mais aussi, comme dans les poupées gigognes, aux niveaux de la Jérusalem de l'Ancien Testament et à celui du Tartare des morts, chacun étant ainsi abrité sous son vaste toit. La même structure est reprise au-dessus de la procession ecclésiastique protégée par les toits des vertus théologales.
Dans ce domaine, la symbolique de la porte, par deux fois représentée, joue un rôle fondamental : la porte du Paradis ou du Tartare, étant à la fois seuil de séparation et voie d'accès. Jésus ne dit-il pas lui-même :
« Je suis la porte » ? (Jn 10, 9)

A L'ECOLE DE LA SCOLASTIQUE ou LES QUATRE SENS DE L'ECRITURE (Haut de la page)

Le tympan est aussi une remarquable leçon de scolastique qui révèle la grande maîtrise de l'art de la rhétorique par les Bénédictins conquois. L'exégèse médiévale, inspirée par la pensée d'Origène, (7) distingue quatre sens dans les Ecritures, comme l'a admirablement expliqué Henri de Lubac. (cf. Henri de Lubac, Exégèse médiévale : les quatre sens de l'Ecriture, Aubier-Montaigne, 1959)
Avec une grande virtuosité, le sculpteur combine ici ces quatre dimensions dans son expression graphique. En voici les grands principes :

  • Le premier niveau est bien sûr celui du sens littéral, celui du sujet au sens strict ou de l'histoire au premier degré. La figure représente directement ce que l'artiste veut signifier.
    Par exemple, la fillette prosternée devant la main de Dieu évoque bien évidemment sainte Foy, martyrisée en 303 par Dacien, pour être restée fidèle à sa foi. C'est Santa Fides ou Santa Fe en langue d'oc, à qui est consacrée la basilique, et dont les reliques (présentées dans d'extraordinaires reliquaires) sont assuré le succès du pèlerinage.
  • Le deuxième principe, l’allégorie, fut d’usage systématique chez les Pères de l’Eglise utilisant la méthode des correspondances, notamment pour relier le passé au présent, en particulier pour éclairer la Bible par l’Evangile : « Quod Moïses velat, Christi doctrina revelat » (Ce que Moïse voile, la doctrine chrétienne le dévoile, comme dirait Suger). Nombreuses sont les correspondances suggérées au tympan qui soulignent la continuité des Ecritures, d'Abraham à Jésus (en passant par Melchisédech, Moïse, Ezéchiel, saint Jean Baptiste ou Marie de Magdala), notamment à travers les thèmes récurrents du sacerdoce, du sacrifice, de la royauté ou de la foi.
    Le jeu des correspondances allégoriques est également à l’œuvre dans le jumelage des figures très souvent présentées et associées deux par deux. C'est systématiquement le cas à l'étage de l'Ancien Testament avec Isaac et Jacob, Moïse et
    Aaron, Melchisédech et Zacharie ou Josias, Ezéchiel et Jérémie, et nous en trouverons d'autres exemples par la suite. Ici, la lecture prend un double sens : la chose dite en dit aussi une autre.
le Calice
Le calice tenu par Zacharie et Melchisédech préfigure allégorique de la Cène
  • Le troisième principe est celui de la tropologie, ou sens moral qui cherche des figures qui manifestent le cheminement de l'esprit vers dieu en guidant nos actes, comme un code de conduite dans le Livre de Vie. En lui-même, en tant qu'exposé de l'Histoire du Salut, le tympan dans son ensemble revêt un sens tropologique évident. C'est une exhortation qui incite les fidèles, pèlerins, pécheurs ou contemporains à corriger dès aujourd'hui leurs mœurs pour obtenir leur salut.

  • Le quatrième sens est le sens anagogique, c'est à dire spirituel, mystique. C'est le plus profond, celui des mystères de l'Au-delà. Ce sens, parfois secret, nous élève vers Dieu. Le thème général du tympan, le Salut, le Jugement Dernier imminent épouse bien sûr une visée eschatologique. Il se projette dans l'avenir, vers la fin des Temps. Nous en donnerons un peu plus loin d'autres exemples, à travers les images des lampes, du trône ou des trois arches par exemple.

Il convient donc de superposer, croiser et combiner ces quatre niveaux de lecture pour saisir toute la sémantique des images et interpréter la sculpture médiévale d'une façon plus complète sinon plus juste. (8)

L'écoinçon de sainte Foy fournit un exemple remarquable de la superposition de ces quatre sens :

La triple arcature symbolisant l'Eglise chrétienne

 

- Au sens littéral, il représente la fillette martyrisée pour sa foi ; les fers évoquent ses nombreux miracles de libération des prisonniers ; les trois arches et l'autel matérialisent l'abbaye de Conques elle-même.

- Pour le sens allégorique, c'est la position et la forme de l'écoinçon qui fait sens : intercalé entre les registres de l'Ancien et du Nouveau Testament, il scelle leur continuité et assure le passage du Salut par la Loi au Salut par la Foi. Le coin enfoncé entre les deux étages unit ce qu'il sépare, de même qu'en architecture, le coin renforce l'unité et souligne en même temps la distinction entre les deux niveaux. Le Calice et les arcades font écho aux représentations figurant également à l'étage de l'Ancien Testament.

- Au sens tropologique, Foy symbolise la foi ; sa prosternation devant Dieu son humilité, sa conscience et sa soumission à la puissance divine. Et bien sûr, l'écoinçon symétrique est celui de la résurrection des Elus puisque la foi sauve.

- Enfin le sens anagogique est le plus complexe : nous expliquerons au chapitre suivant comment l'autel, le trône vide, le calice et les marches sur lesquelles est agenouillée sainte Foy évoquent son ordination céleste, son sacerdoce. Les trois arches discontinues symbolisent le christianisme, la nouvelle Eglise bâtie en trois jours par le Christ. Enfin, le nimbe crucifère traversé par la main de Dieu jaillie des ondes divines est une image condensée de la Trinité.

LA POLYSEMIE (9) (Haut de la page)

Non seulement les figures du tympan superposent ces quatre sens, mais elles utilisent également la polysémie, chaque figure en représente plusieurs autres : la figure et sa préfigure par exemple, ou encore des homonymes ayant vécu à des époques différentes mais dont le message ou l’histoire présente des similitudes. Les symboles s’emboitent les uns dans les autres à la manière des poupées russes. Par exemple, la palme du martyre de Zacharie, évoque son assassinat sur les marches du Temple dont le père, Joad, était le grand prêtre, mais elle fait aussi allusion à d'autres Zacharie, comme le roi d'Israël, fils de Jéroboam, tué par un usurpateur en -743 ou encore à Zacharie, fils d'un autre grand prêtre, et qui fut lapidé sur le parvis du Temple. Elle renvoie aussi à d'autres martyrs, tel Josias (10), roi de Juda mort en combattant à Armageddon ou encore un autre Josias, le scribe décapité avec Jacques de Zébédée... Un bon exemple de concentration polysémique se trouve dans les deux dernières arcatures de la Jérusalem céleste occupées par des femmes.

QUATRE FEMMES ET UN SOLEIL

Comment identifier ces quatre femmes ? Dans l’Ancien Testament, la voie providentielle du Salut passe par un certain nombre de matriarches comme Sarah, la femme d'Abraham, Rebecca, celle d'Isaac ou encore Léa et Rachel, les épouses de Jacob. Comme ces quatre femmes sont couronnées, telles des reines, elles peuvent représenter Esther, l’épouse héroïque du roi de Perse qui sauva son peuple de l’extermination, ou encore la reine de Saba, elle aussi épouse d’un roi Bien Aimé, Salomon, assimilée à la Sulamite, égérie du Cantique des cantiques.
Ces quatre femmes établissent aussi des correspondances entre Ancien et Nouveau Testament : elles sont des préfigures vétérotestamentaire de Marie, mère du christ et reine des Cieux (Regina Cœli), comme l’est également, d’une certaine façon, Myriam, la sœur de Moïse et d'Aaron.

En outre, deux d’entre elles portent des onguents tandis que deux autres tiennent d'une main une lampe allumée, et de l’autre un livre ouvert. Ces quatre femmes sont ainsi assimilables aux Saintes Femmes, les quatre femmes myrrhophores (11) se rendant au tombeau du Christ, à l'aube du jour de Pâques, avec des lampes, les fioles de parfum et d'aromates pour embaumer le corps et le coffret d'onguents de l’onction royale, écho féminin et posthume aux offrandes des rois-mages à Bethlehem.

4reines Fiole contenant l'onguent royal
Esther et la reine de Saba, Myriam, Marie, Marie de Magdala et/ou les femmes myrrhophores avec le soleil levant de Pâques et le livre de la Bonne Nouvelle
Survolez l'image pour identifier les objets

Parmi les Saintes Femmes se trouvent : Marie de Magdala, Jeanne l’épouse de Chouza ainsi que d'autres femmes nommées également Marie : Marie Salomé, épouse de Zébédée, mère des apôtres Jacques le Majeur et Jean d'une part (Mc 16,1), et Marie Jacobé, femme de Clopas, mère de Jacques le Mineur et de Joset, cousins germains de Jésus d'autre part (Mt 28,1).
Toutes font partie des femmes qui suivaient Jésus et qui étaient présentes aux côtés de la mère de Jésus au pied de la croix (Mt 27, 55-56 ; Mc 15, 40 ; Jn 19, 25) et lors de la mise au tombeau (Mt 27, 61 ; Mc 15, 47). Dans la tradition provençale, Marie Jacobé et Marie Salomé font partie des saintes honorées aux Saintes-Maries-de-la-Mer. (12)

Plusieurs autres éléments renvoient aux thèmes de la lumière et du Temple : les lampes à huile, le soleil et la pierre. Les lampes allumées fournissent un nouvel exemple de superposition des différents sens d’interprétation : au sens littéral, elles éclairent la scène car le jour ne s'était pas encore levé, « il faisait encore sombre » (Jn 20, 1). Les résonnances allégoriques de l’image des lampes allumées foisonnent dans les Ecritures : on peut y découvrir une allusion aux “vierges sages” qui attendent l'époux munies de lampes et de fioles d'huile (Mt. 25, 1-13), ou encore une évocation du miracle de la fiole d’huile lors de la révolte des Maccabées (fêté à Hanoucca. A noter la présence des lampes à huile du Temple accrochées sous la voûte des arcatures où trois d’entre elles demeurent bien conservées). Mais cette lumière revêt bien sûr un sens anagogique (mystique) : elle symbolise le jour nouveau du mystère de Pâques. Ainsi le disque du soleil sans rayons, placé au-dessus de ces femmes évoque le pâle et rouge soleil levant du matin de la Résurrection, heure à laquelle Jésus apparut. C'est en effet à l'aube du premier jour de la semaine que Marie de Magdala (13) reçut la Bonne Nouvelle de la Résurrection qu'elle s'empressa de porter à la connaissance des apôtres, comme le relate le Livre ouvert qu'elle porte, ce qui lui valut le titre « d'apôtre des Apôtres ». Ce cercle coloré en ocre jaune mérite d’être observé de près. On y découvre alors deux détails significatifs. Il porte en effet les vestiges d’un chrisme gravé et peint en noir ou bleu foncé qui s’inscrit à l’intérieur du disque : ce soleil renaissant symbolise la Résurrection du Christ dont il porte le monogramme.(14)

Le chrisme
Le chrisme inscrit à l'intérieur du soleil pascal. (Survolez l'image pour l'animer)

 


Ensuite, des pierres séparées par des joints sont gravées à l’intérieur de ce disque : ces pierres de la maison de Dieu, du temple de Jérusalem, symbolisent l’Institution ecclésiale chrétienne bâtie par saint Pierre (Kephas) : c’est le Nouveau Temple bâti en trois jours annoncé par le Christ. Enfin, un dernier détail architectural doit attirer notre esprit. Il n'y a que six piliers visibles pour soutenir la série des arches de l’Ancien testament. Mais celui placé justement entre les saintes Femmes est dédoublé, constituant en quelque sorte le « septième pilier de la sagesse ». (15)

Quant au sens tropologique (moral) de cette scène, il nous parait intéressant de souligner que la galerie, toute masculine, des patriarches, prêtres et prophètes de l'Ancien Testament se termine par l'introduction de femmes qui se tiennent curieusement debout, en marche. Moins figées que les sept patriarches assis, elles semblent s'animer, et annoncent une transition vers l'étage supérieur, celui des temps nouveaux du christianisme lui aussi en marche. Ici les Bénédictins du XIIe siècle ne disent-ils pas en quelque sorte avec Aragon : « la femme est l’avenir de l’homme » ? En outre un personnage capital assure la transition, c’est Marie de Magdala que l’on retrouve au registre supérieur, tout au début de la colonne de l’Eglise en marche et qui est représentée dans la position de son « retournement ». Suivons donc maintenant ces femmes levées, prêtes à partir, qui accélèrent le mouvement du Salut, et depuis les Limbes de l’Ancien Testament montons d’un registre pour suivre la marche de l’Eglise, suivant en droite ligne la voie royale qui conduit au Christ. (suite)


Chapitre suivant : 4) Les demeures paradisiaques du Nouveau Testament

(1) On compte six arcades, comme aux tympans de Lassouts, en Aveyron, et sur les linteaux de Saint-Genis et de Saint-André-de Sorède dans le Roussillon. (en lire plus) (remonter)

(2) cf. Jérôme Baschet, Le Sein du père, Abraham et la paternité dans l'occident médiéval, Gallimard, Le temps des images, 2000. Les enfants sont rarement présents dans les tympans. Les fils d'Abraham sont représentés par un couple quasi gémellaire (comme les autres personnages de l'Ancien testament, ils forment une paire). Sainte Foy était une fillette martyrisée pour sa fidélité. Et dans le ventre rond plongé dans le chaudron du fond du Tartare, on devine la disparition d'un fœtus. (remonter)

(3) C'est à dire l'offrande du pain et du vin. On peut voir ici une histoire du sacrifice : l’ange Gabriel invitant Abraham à substituer l’immolation d’un bélier à celui de son fils sur le Mont Moriah, passant ainsi du sacrifice humain primitif au sacrifice animal, lui-même transformé par Melchisédech en libation, remplaçant le sang du mouton par une offrande de pain et de vin, éléments centraux du sacrifice suprême célébré lors de la Cène. Ainsi progresse au cours des âges l’Histoire du Salut. (remonter)

(4) Le thème du calice est récurrent : représenté deux fois au tympan, il figure également dans le trésor ecclésiastique, notamment dans le reliquaire de Pascal II (daté de 1100) où le Graal apparaît sous les pieds de la Vierge, et serait une des plus anciennes représentations du Saint Graal, selon l'Inspecteur général A. Darcel. Le terme du Graal est lié à la personne du roi blessé. (remonter)

(5) Institution oratoire de Quintilien, traduit par C.V. Ouizille, Bibliothèque latine-française, coll. des classiques latins, Paris, C.L.F. Panckoucke, 1829 (remonter)

(6) Placés juste au-dessus des mots SIGNUM, CRUCIS et CAELOCUM, ils indiquent la direction du Ciel et semblent ainsi relier le désignant au désigné, le mot à sa représentation graphique. (remonter)

(7) Origène, philosophe et théologien grec du début du IIIe siècle (185 - 253), est le premier exégète qui a défini les quatre sens des Ecritures, à l'origine de la lectio divina. Cette technique d'interprétation des textes sacrés a été reprise au tournant des IVe et Ve siècles par saint Jérôme (347 - 420) et saint Augustin, puis au début du XIIe par Hugues de Saint-Victor (1096 - 1141) et Bernard de Clairvaux (1090 - 1153). (remonter)

(8) Sur les quatre sens de l'écriture, cf. H. de Lubac, Exégèse médiévale, Aubier-Montaigne, 1959. (remonter)

(9) Sur la polysémie des figures et des préfigures et la théorie des correspondances, voir la somme de Louis Réau, Iconographie de l'art Chrétien, PUF, 1955/1959. Il y a de nombreux autres exemples de polysémie : nous avons évoqué celui de Zacharie, et nous en trouverons un autre à l'étage supérieur, avec saint Antoine. (remonter)

(10) Josias, roi de Juda, fut tué par le pharaon Neko II à la bataille de Megiddo en -609. Le deuxième livre des Rois (2R 22, 23) et le premier livre des Chroniques (1Ch 34, 35) relatent comment il restaura le Temple, établit le code sacerdotal, célébra la Pâques, et lia le royaume de Juda à la Thora. (remonter)

(11) L'évangile rapporte qu'à l'aube de Pâques les Saintes Femmes se rendirent au tombeau en portant les aromates, en particulier de la myrrhe, résine utilisée pour l'embaumement des corps. Ces femmes myrrhophores, en particulier Marie de Magdala, n'accomplissent-elles pas la vision du philosophe russe Nicolas Berdiaev, proclamée dans son célèbre ouvrage paru en 1924, Le Nouveau Moyen-Age ? : « L'avènement du Nouveau Moyen-Age me semble encore caractéristique du fait que la femme y jouera le plus grand rôle. La femme est plus liée avec l'âme du monde, avec les forces élémentaires premières, et c'est par la femme que l'homme communie avec elles. (…) Le jour a été le temps de la domination exclusive de la culture masculine. La nuit est le temps où l'élément féminin entre dans ses droits. Les femmes sont prédestinées à être les myrrhophores du monde. (...) Le problème fondamental de la vie est aussi le problème de la transfiguration du sexe, illumination des forces élémentaires féminines, la transformation d'une énergie génitrice en une énergie créatrice. L'espèce naturelle du vieil Adam doit être transmutée et transfigurée. Cela est lié à la découverte du sens mystique de l'amour, amour qui transfigure, tourné non pas vers le temps, mais vers l'éternité. (...) Nous entrons dans la nuit mystique du Moyen-Age. (...) Nous passons d'une période de l'âme à une période de l'esprit. L'éternel féminin doit jouer le plus grand rôle dans la période de l'histoire à venir. Cela sera lié à la crise des forces élémentaires de l'espèce et de la famille, qui compose le profond sous-sol de la crise mondiale vécue ». Le Nouveau Moyen Âge. Réflexions sur les destinées de la Russie et de l'Europe, éd. L'Âge d'Homme,1986. (remonter)

(12) Voici donc rassemblées à la base même de la Maison de Dieu, à la droite du Christ, Marie, mère de Jésus, Marie de Magdala, Marie Salomé, Marie Jacobé et Myriam : ce sont des femmes et elles portent le même prénom dont l'étymologie et les sens possibles en hébreu ou araméen évoquent l'amour donné, le rôle nourricier et éducateur, la souveraineté et l'immensité de la mer. Comme dans le Cantique des cantiques, nous pouvons voir ici un chant d'amour qui est une transposition anagogique de l'amour terrestre à l'amour divin. Nous retrouvons là un nouvel exemple de l’extraordinaire densité de signes concentrés d’une façon concise et précise dans un petit espace du tympan où rien n’est laissé au hasard. (remonter)

(13) Consultez les rubriques destinées à redonner à Marie de Magdala toute sa dignité et à souligner l'importance de son culte à Conques. (remonter)

(14) Notons que les bras du Chi (X) répondent, selon le principe binaire qui préside à la construction géométrique du tympan, au croisement des deux diagonales symétriques de la Grâce. La construction géométrique n’est autre « qu’une pensée soutenue par un tracé », selon la définition de l’art par Hugues de Saint-Victor. Ce disque solaire s'élève, telle une hostie rougeoyante, au-dessus du pilier de Marie de Magdala, témoin premier et essentiel de la Résurrection. On retrouve des chrismes dans d'autres tympans romans, comme celui de la porte des Orfèvres à Saint-Jacques de Compostelle dont les historiens de l'art ont souligné les ressemblances avec celui de Conques, comme si un même sculpteur avait participé aux deux chantiers. Parmi les nombreuses similitudes entre le porche galicien et rouergat, on peut citer les anges volants sonnant de la trompe, ceux qui descendent du ciel tête la première, ceux qui portent les couronnes célestes, le chrisme, les saints faisant le geste de la foi, le trône vu de profil ou l'arbalètrier... (remonter)

(15) Les 6 arches reposent sur 6 piliers, mais avec ce pilier dédoublé, on atteint le nombre des 7 piliers de la sagesse (remonter)

Chapitre suivant : 4) Les demeures paradisiaques du Nouveau Testament

Haut de la page

Retour au chapitre précédent (Triomphe de la Parousie et diagonale de la Grâce)