Cliquez ici pour visualiser l'état réel

LA POLYCHROMIE

Des traces de polychromie du XIIe siècle sont encore visibles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image du tympan traitée numériquement pour faire ressortir les vestiges de la polychromie d'origine

Des études scientifiques des Monuments Historiques menées sur des échantillons prélevés ont permis récemment d'analyser la composition des pigments d'origine et de reconstituer la polychromie du tympan. Le bleu, le rouge et le doré dominent largement.

Polychromie

Reconstitution de la polychromie : Atelier Langlois, Albi (avec l'aimable autorisation de Louis Causse)

On notera que Charlemagne, placé du côté des élus est revêtu d'un manteau bleu. Ce signe paradoxal pour un empereur est tout à fait inouï (1) et -en admettant que la plychromie soit d'origine- pourrait constituer un indice fondamental pour dater la création du tympan dans le dernier tiers du XIIe siècle, après la canonisation de Charlemagne, par l'antipape Pascal III en 1165, à la demande de l'empereur germanique Frederick Barberousse.

Pour rendre les visages encore plus expressifs, les yeux des personnages étaient constitués de verre taillé incrusté dans les orbites évidées. Avec le temps et les avanies, presque tous ont disparu. Quelques personnages de la Jérusalem céleste les ont conservés ou retrouvés.

Yeux en verre taillé
Marie de Magdala, les saintes Femmes, et les patriarches et prophètes de l'Ancien Testament ont conservé leurs yeux

Page précédente

(1) Les rois sont traditionnellement vêtus de rouge. C'est pourquoi, Michel Pastoureau, le médiéviste spécialiste de l'histoire des couleurs, déclarait dans une conférence données au Louvre sur les couleurs du Moyen-âge : "Charlemagne ne se serait jamais habillé de bleu. Cela aurait été absolument inouï." (cf. la vidéo sur la "Révolution bleue" des XIIe - XIIIe siècles, à 15' 22"). Ce qui était impossible au temps de Charlemagne devient possible à la fin du XIIe siècle, vers 1170, où les moines de Conques ont la géniale intuition du Purgatoire, concept qui émerge à cette époque (cf. Le Goff). (remonter)