Les vertus théologales

LE TOIT VERTUEUX DES ANGES

La colonne de l'Eglise en marche progresse sous la protection d'un toit formé par les quatre banderoles (1) portées par les anges et qui mentionnent les trois vertus théologales que sont l'Espérance, la Foi et la Charité (amour) complétées par deux autres vertus essentielles : l'Humilité et peut-être la Tempérance. Ces vertus, dont la disposition évoque la toiture d'une maison protègent et conduisent les élus vers les joies célestes.

(On retrouve ici la structure qui est à la fois celle de l'ensemble du tympan et celle de ses différents compartiments, c'est à dire la structure architecturale d'une maison, selon les principes didactiques préconisés par Hugues de Saint-Victor)

Si on lit parfaitement les vertus gravées CARITAS (amour) et <H>UMILITAS (humilité), (2) l’examen des inscriptions portées sur les deux autres banderoles n'est pas facile : Prosper Mérimée avait semble-t-il déchiffré sans hésitation sur le rouleau de gauche aujourd'hui totalement illisible les vertus FIDES et SPES (Foi et Espérance) mais aussi sur le troisième CONSTANCIA (3). Ces deux banderoles semblent avoir été effacées : les lettres gravées ont disparu et il reste des traces de lettres peintes en surimpression. Le moulage de la Cité de l'architecture à Paris montre qu'il ne s'agit pas de CONSTANCIA, ni, comme nous avons pu le penser un temps, de TEMPERANTIA.
(suite...)

CARITAS (l'Amour)
Les vertus angéliques : Espèrance, Foi, Amour, ? , Humilité

 

L'épigraphiste belge François De Coster, auquel nous devons beaucoup pour l'analyse des inscriptions, poursuit des recherches pour déchiffrer cette inscription qui demeure énigmatique (4)


Qu'y a-t-il d'écrit sur cette banderole palimpseste ?
Pour notre part, nous trouvions que l'hypothèse aujourd'hui infirmée de la Tempérance allait de pair avec la mansuétude du Purgatoire, puisqu'elle implique la modération, enfante la clémence du jugement et la "mitigation" des peines ; et que, de son côté, la Constance, valeur spécifique de la théologie du grand docteur théologien amoureux des lettres et des arts, Hugues de Saint-Victor (5), pouvait marquer l'influence victorine si manifeste par ailleurs dans la structure architecturale du tympan, d'autant plus que l'abbaye se flatte de posséder une relique du "bienheureux Hugo".

Jacques Le Goff, examinant les fondements du Purgatoire dans son chapitre intitulé "épure scolastique du Purgatoire : Albert le Grand", cite le « Commentaire des Sentences de Pierre Lombard » (6), de Saint Albert, théologien du XIIIe s. (7) qui répondait que ce « fondement est bien, au fond, la Foi (Fides), qui fait subsister en nous l’Espérance (Spes). Les matériaux donnent la substance à l’édifice, mais les parois c’est l’Espérance tendue vers les choses éternelles, et au faîte il y a l’amour (Caritas), qui est le lieu de la perfection » (Albert le Grand, Livre IV des Commentaires des Sentences de Pierre Lombard, article 3, de la distinction XXI). En le médiéviste de conclure : « la réflexion sur le Purgatoire se greffe sur une théologie des vertus cardinales » (J. Le Goff, La naissance du Purgatoire, Folio Histoire, 1981, p. 349). Un siècle plus tôt, tous ces fondements théoriques du Purgatoire étaient gravés dans la pierre au portail de Conques. Pour de plus amples informations sur ces fondements, voir la page intitulée "Sésame du tympan".

Ainsi le Purgatoire n'est pas seulement décrit au Tartare, mais il est également proclamé par le Ciel : nous remarquons que les anges porteurs des banderoles sont placés au-dessus des ondes célestes.

Page précédente

 

(1) L'orientation et la disposition des banderoles n'est pas due au hasard : elle fait sens, comme le souligne Jean Claude Schmitt dans son étude sur La raison des gestes dans l’occident médiéval : « souvent le phylactère lui-même, par sa forme, sa direction "fait geste" comme un prolongement du personnage qui parle en direction de celui qui l’écoute. » p. 258. Ici, le rôle protecteur de ces vertus est clairement signifié. (remonter)

(2) Comment ne pas faire le rapprochement entre l'ensemble de la structure du tympan et le verset des Psaumes : « Je m'avançais sous le toit du Très-Grand, vers la maison de Dieu, parmi les cris de joie, l'action de grâces, la rumeur de la fête » (Ps. 42, 5) ?
Trois termes gravés du côté de la maison de Dieu font référence à cette joie : « GAUDIA, GAUDENTES et LAETUS » : ("SIC DATUR ELECTIS AD CAELI GAUDIA VECTIS" ; "SIC STANT GAUDENTES" ; "SANCTORUM COESTUS STANT CHRISTO IUDICE LAETUS" cf. page des inscriptions.)
D’après Dom Jean Leclercq (L’Amour des lettres et le désir de Dieu, Cerf, 1957), amour (caritas), humilité (humilitas) et joie (gaudia) sont intimement liées. On peut résumer sa démonstration de la façon suivante :
La conscience de la misère humaine engendre l’humilité, le détachement du monde, le sentiment du péché, la crainte et le désir de Dieu. C’est la « componction ». Cette componction du cœur, de l’âme, tend toujours à devenir une componction d’amour (Caritas), de dilection, de contemplation. Creusant le désir, elle conduit à la sublimation, qui est une forme de la possession de Dieu, conciliant crainte et amour. L’amour alors unifie l’âme, la retourne, la libère, la dilate, et élève l’homme au-dessus de lui-même.
Avec l’humilité grandit le désir de celui qui peut seul combler notre vide intérieur : la componction induit la nostalgie du ciel, pleurs de regret et pleurs de joie (Gaudia). Ainsi, l’amour éclaire l’intelligence, la connaissance et l’adhésion à l’Esprit. Alors, de l’amour (Caritas) naît la joie (Gaudia).
Pour les théologiens médiévaux Caritas est l'équivalent chrétien de l'agapè de l'antiquité grecque. (remonter)

(3) Les anges tiennent des"banderoles qui portent le nom des vertus théologales : FIDES. SPES. CARITAS. CONSTANCIA. (sic) VMILITAS." (P. Mérimée, Notes d'un voyage en Auvergne, Paris, 1838 p. 182)
« les mots FIDES, SPES, CONSTANCIA ont été repeints à une époque relativement récente, et quoiqu'il nous ait été impossible de lire ceux qui avaient été gravés primitivement, nous ne pensons pas que ce soit les mêmes. CARITAS et VMILITAS sont gravés dans la pierre. Les autres ont été remplis d'une sorte de mastic propre à supporter la peinture. » Bouillet A. (abbé) Le Jugement dernier dans l'art aux douze premiers siècles, Paris, Mersh (Notes d'art et d'archéologie), 1894, p. 41. La solidarité entre ces vertus est évoquée dans l'épître de Paul aux Romains à propos de la foi qui permet la justification des hommes : « Nous nous glorifions des tribulations, sachant bien que la tribulation conduit à la constance, la constance une vertu éprouvée, la vertu éprouvée l'espérance. Et l'espérance ne déçoit point, parce que l'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs. » (Ro. 5, 3-5). (remonter)

(4) François De Coster, Pour une relecture des inscriptions du tympan de l'abbatiale de Conques, Etudes aveyronnaises 2010. Ses travaux de déchiffrage des banderoles effacées se poursuivent et de nouvelles hypothèses se dessinent, notamment en faveur de CONSPICIAT (verbe conspicere = contempler, considérer à la 3ème personne du singulier du subjonctif présent), ce qui pourrait remettre en cause l'hypothèse Fides Spes pour la premère banderole. Nous en ferons état dès leur publication. Pour l'étude épigraphique, voir la page des inscriptions ; sur les hypothèses concernant la date de substitution des vertus, voir la chronique de l'abbaye. (remonter)

(5) « La Providence de Dieu, qui disposait l'homme en vue du Salut, tempère par la miséricorde la rigueur de sa justice. Dieu propose à l'homme des sacrements, si bien que le Diable est toujours vaincu par la Constance » Hugues de Saint-Victor, De sacramentis. (remonter)

(6) Pierre Lombard : théologien scolastique du XIIe s. (mort en 1160), il est contemporain d’Hugues de Saint-Victor et de Pierre Abélard. (remonter)

(7) Saint Albert le Grand : Docteur de l’Eglise, ce moine dominicain théologien et philosophe du XIIIe s. (mort en 1280) fut le maître de Thomas d’Aquin. (remonter)

Page précédente

Page précédente