Le rite stadingien : le baiser du crapaud

Au XIIIe s. on a accusé cette peuplade des bords de la Weser de pratiques hérétiques, sataniques et de sorcellerie qui consistaient entre autres à embrasser des crapauds sur la bouche, geste qui avait pour conséquence de faire oublier les préceptes de la religion. Cet effet produit par l'absorption de bufoténine, substance hallucinogène présente sur la peau de batraciens, semble avoir été connue et employée par les chamanes et guérisseurs des sociétés "païennes" traditionnelles et apparait souvent dans les procès médiévaux de sorcellerie. L'iconographie médiévale représente assez souvent cette pratique. par exemple dans l'enfer du Jugement dernier de la cathédrale Saint-Etienne de Bourges. (illustration)

Le baiser du crapaud dans le chaudron de l'Enfer. Jugeement dernier Bourges
Le baiser du crapaud. Portail du Jugement dernier, cathédrale Saint-Etienne, Bourges.
Avec l'aimable auorisation du photographe Arnaud Frich. (Détail. © Reproduction interdite)

Retour

Page précédente