La laideur des Diables du Tartare

Le sculpteur a donné libre cours à son imagination pour représenter des créatures diaboliques, monstrueuses, tantôt d'un réalisme cru dans leur bestialité, tantôt totalement surréalistes. Tous sont laids, difformes, bossus, méchants et grimaçants. Ils portent des cornes, sont affublés de griffes, de crocs, d'oreilles immenses, parfois de groins ou de machoires prognathes. Ils sont souvent ridés et la tension qui les anime est parfois marquée par les tendons du cou tendus à l'extrême. Quelques démons sont ailés, rappelant le statut d'anges déchus. Voici une sélection des démons qui peuplent le Tartare(1) :


(Survolez les images pour afficher les légendes)

(1) Certains ecclésiastiques nous rétorquent qu'il n'y a pas de diables au Purgatoire. Sans doute (encore qu'ils pourraient y jouer un rôle dans les peines purgatives infligées), mais c'est oublier que le dogme du Purgatoire n'est pas encore fixé à l'époque. Nonobstant, il n'y a rien de contradictoire à les rencontrer dans le Tartare considéré comme un lieu purgatoire. Il suffit de se reporter à la description que donnait saint Bernard des trois régions de l'expiation (l'Enfer, le Purgatoire et le Ciel) dans son 42e sermon. En imaginant sa visite du lieu purgatoire, "[il verrait] comment un Père plein de bonté abandonne les enfants qu'il doit glorifier ensuite, aux mains du tentateur, non pour que celui-ci les tue, mais pour qu'il les purifie." Bernard de Clairvaux, Sermon divers, XLII, 5. Ainsi, l'objection majeure des personnes qui refusent de voir à Conques la germination du concept du Purgatoire, sous le simple fait qu'il ne saurait y avoir de diable au purgatoire, ne tient pas à la lecture des écrits théologiques du XIIe s. (remonter)

Retour

 

Page précédente